What about Tenerife : Ruben

Ruben

Nous rencontrons Ruben dans un parc de Santa Cruz de Tenerife. Il nous invite à découvrir les beautés de son île, le Teide, volcan culminant de l’Espagne mais aussi les petits villages agrippés à la montagne. Il nous parle de sa passion pour la musique et quand on souhaite déclencher les micros il nous invite à nous retrouver une prochaine fois, il chante mieux avec sa guitare! 6 semaines plus tard, Ruben nous attend dans ce même parc pour nous interpréter des chants d’ici et de Cuba. Au 20e siècle, de nombreux Canaries sont partis chercher du travail vers La Havane, de retour sur leurs terres ils en ont rapporté des airs. Silvio Rodriguez est un poète musicien très apprécié des îliens. Ruben nous interprète également des chants de Pedro Guerra et Ana Ramos artistes canariens.

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Chant khmer

 

Cambodia Apsara Angkor wat

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissons-nous porter par la guitare, l’ambiance et reprenons en cœur le refrain…et peu importe si vous ne connaissez pas les paroles, ce qui compte c’est le plaisir partagé.

Petite tranche de vie au détour d’un trottoir de Phnom Penh au Cambodge…il fait chaud, il fait bon et le temps s’écoule tranquillement.

 

 

 

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Une bande de copains, une guitare et un samedi après midi à Phnom penh

Des bons copains de quartier, quelques bieres du pays et l’envie de partager sa bonne humeur. Quand en plus, des français passent par là alors qu’ils entament une chanson dans leur langue, alors on se lève et on trinque tous ensemble! Tous en coeur, nous chantons « Ce n’est qu’un au revoir » aux multiples accents.

Cambodia street music

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Bonne annee Karen!

nouvel an karenA l heure ou nous écrivons, nous nous apprêtons a changer d année, dans quelques heures nous passerons en 2015. Nous allons célébrer notre deuxième nouvel an, le premier fut avec des chants et des danses karen, des combats de boxe et un magnifique match de chinlon. A Hpa-an dans l état Kayin au sud-est de la Birmanie, cette année le nouvel an avait lieu le 21 décembre du calendrier grégorien.

L ambiance est festive, tranquille, les plats sont abondants et le match de chinlon attire beaucoup de monde. Il s agit d un jeu de ballon très present en Asie du sud-est et qu on retrouve aux quatre coins de rue ici. Une balle en rotin tressée, de 11 cm de diamètre doit être maintenue en l air le plus longtemps possible. Chaque joueur peut la frapper avec six surfaces du pied. Les mouvements sont très souples, une veritable acrobatie!  Un commentateur et des joueurs de musique assurent également l animation.

Plus loin, des danseuses se mouvent au rythme des musiques; le réglage technique offre quant a lui un son original….

 Chinlon

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Üsküdar’a giderken – En allant à Üsküdar, Istanbul

Uskudar2Üsküdar est une chanson et aussi un quartier d’Istanbul, sur la rive asiatique. Sa position centrale et le prix de l’ immobilier abordable, en font un lieu vivant et animé.

La chanson est interprétée par Anne et Raphaël, deux voyageurs amoureux des rencontres musicales que nous avons croisés sur les chemins de Turquie.

Origine de la chanson : le sultan Mahmoud II ordonne aux militaires de revêtir un uniforme à l’occidental. Le Sultan Abdülmecit Ier poursuit, mais sans violences, les réformes commencées par son père et contraint aussi les fonctionnaires (Kâtip) stambouliotes de revêtir un costume à l’occidental. Les fonctionnaires conservateurs, bien qu’ils qualifiaient cette mesure de « singerie d’infidèle », revêtirent quand même des complets veston.

Un stambouliote, s’inspirant du fait que la caserne de Selimiye se trouve sur la route menant à Üsküdar et voulant tourner en dérision les fonctionnaires, détourne la marche militaire écossaise, en composant une chanson intitulée « Üsküdar’a giderken » (En allant à Üsküdar) (Source : wikipedia).

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Kemi ardhur ne kete dynja, chant du Coran

Dans un petit village du sud du Monténégro nous avons reçu un incroyable et chaleureux accueil. Ici, vit une grande communauté d albanais.

ramiz 7Un dimanche, des enfants nous emmènent là où s’agitent les hommes du village, ils construisent une voie d accès à une maison. Le doyen et l’ imam, eux, encouragent les travailleurs.

 

 

Les femmes, elles, sont à l intérieur et préparent le repas. Certaines portent fièrement leur costume traditionnel et souhaitent immortaliser la rencontre avec ces deux voyageurs qui se baladent avec un micro; la séance photo sera délicieuse.DSCN5662

L imam souhaitera nous marier et espère surtout que ce voyage sonore nous mènera vers la voix de Dieu, libre à nous de choisir un des dieux des religions monothéistes! ramiz 3

Avant d’ être invités à partager le repas avec les hommes, l’un deux nous offre des chants dont le Kemi ardhur ne kete dynja de Coran.

 

 

 

 

 

 

 

 


Montenegro Kemir

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Kate Moja en Dalmatie

Dalamtia

Des jeunes croates se mettent a chanter autour de leurs verres, entre deux conversations, dans un cafe du palais de Split.

Kate Moja est un chant a plusieurs voix originaire de Dalmatie. Il s agit d un klapa : un chant a cappella masculin. Klapa signifie « un groupe de personnes ». Ce type de chant est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immateriel de l Humanite par l UNESCO.

Sibenik

Croatie Kate Moja

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Dalmatino povišću pritrujena

Gogo grand« Dalmatino povišæu pritrujena » est une chanson croate sur la vie dans le sud de la Croatie, en Dalmatie.

Elle est chantée en dialecte Chakavian de la langue croate. L’auteur du texte est Ljubo Stipišiæ. Elle fut chantée pour la première fois au festival Klapa à Omis en 1970 et est devenue célèbre grâce au chanteur et compositeur Tedi Spalato.



Croatie Dalmatino povišću pritrujena

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Bēdu manu lielu bēdu, chant traditionnel Letton

Une chanson apprise par tous les écoliers Lettons.

bedu

Paroles

Tristesse, ma grande tristesse. Je ne m’en soucie pas \\ J ai depose la tristesse sous la pierre. \\ Et je m éloigna en chantantEn chantant, je suis entré dans le champ de maïs. \\ En parlant, je suis entré dans ma cour.


 

 

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Kaikk’ Miä de Carélie

Un extrait d’un chant traditionnel Kaikk’ Miä de Carélie région à l’est de la Finlande:

Les paroles sont en carélien, un langage proche du finnois.

Traduction par nos soins :

Toutes mes joies j’ai oubliées. Toutes les chansons, je ne chante plus.

Toutefois, il y a trois choses que je n’oublierai pas. La première c’est l’endroit où je suis née. 

Toutefois, il y a trois choses que je n’oublierai pas. La seconde, c’est l’endroit où j’ai grandi.

Toutefois, il y a trois choses que je n’oublierai pas. La troisième, c’est ma mère que je ne pourrai oublier.

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook