Mis en avant

Appel à la prière Jamaa Lakbir, Sefrou, صفرو, ⵚⴻⴼⵕⵓ

IMG_5250 Sefrou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La médina de Sefrou, petite ville sur les contreforts du moyen atlas est bien paisible comparativement à Fès. En cet après-midi, un vendredi, l’ambiance est d’autant plus calme que la majorité des commerces sont fermés.

Seule l’eau de l’oued Agay qui sépare la médina en deux vient en échos à l’appel du muezzin de la mosquée Jamma Lakbir.

Place Seffarine, Médina de Fès

Place Seffarine Dinandier

Bien avant la place Seffarine, le bruit du métal frappé parcourt les ruelles de la Médina de Fès. Sur la place, les artisans dinandiers travaillent le métal à même le sol. Partout sont accrochés les fameux plats traditionnels, savoir-faire artisanal reconnu de Fès.

Place El hedime, Meknes, Maroc

BabMansour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les jours, face à l’impressionnante Bab Mansour sur la place El hedime de Meknes, des musiciens, charmeurs de serpents, montreurs de singes, vendeurs ambulants ou autres saltimbanques animent la place de leur tour et musique. Un groupe d’hommes improvisent un mini concert au milieu des badauds avec un banjo, un derbouka et  autres instruments à percussion.

 

Klaxons, sirènes et mobylettes au carrefour

Carrefour Ville Nouvelle Fes Maroc

 

 

 

 

 

 

 

Au carrefour de la rue Abdelaziz Boutaleb et de l’avenue Mohammed es Slaoui Ville Nouvelle de Fès, en plein après-midi, les oiseaux chantent dans le brouhaha incessant du trafic. Mobylettes pétaradantes, triporteur bruyant, voiture de sport avec la sono au maximum et tout d’un coup, convoi de police qui sait se frayer un passage.

Sortie de prière, Mosquée Tunis, Fès, Maroc

IMG_5238 Mosque Tunis Ville Nouvelle Fes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque soir, les vendeurs ambulants installent leurs échoppes sur le parvis de la mosquée Tunis à Fès. Dès que les hommes sortent de leur prière, les vendeurs interpellent le chaland. Mandarines, dattes, poires, pommes, oranges bien sûr mais aussi pommes de terre, tomates et haricots ainsi que pulls, t-shirt et téléphones portables…Un vrai petit marché sonore.

Sur les Ondes – Espace Kenere – Pontivy (56)

Paroles et sonorités de l’Islande, de la Finlande et des Pays Baltes

Trois propositions d’écoute pour découvrir le nord de l’Europe par les
sons
Cette installation invite le public à découvrir des pays du nord de l’Europe par ses langues et ses sonorités : des paroles, des musiques, des paysages sonores et des sons du quotidien récoltés à l’occasion de différents voyages, à pied et en auto-stop en se laissant guider par les rencontres.

  • Salon d’écoute « Paroles et Langages du nord de l’Europe »

Une création sonore originale pour découvrir l’Europe du nord par ses langues scandinaves, finno-ougriennes et baltes.

  • Diaporama « photographies sonores » et Cartographie interactive « Les sons de l’Europe du nord »

Série photographique mise en son : témoignage d’une rencontre ou d’un instant
Voyage immobile en surfant sur une tablette retraçant le parcours. Chaque son est
géolocalisée accompagné d’un court texte et d’une image.

  • Point d’écoute « Initiatives citoyennes originales »

De Godgresi, un recensement collaboratif des herbes comestibles en Islande à Katajamäki, un écolieu pour l’insertion sociale en Finlande, découvrez des initiatives citoyennes originales par des entretiens traduits en français.

Kennere Pontivy installation13 Kennere Pontivy installation5 Kennere Pontivy installation Kennere Pontivy installation15 Kennere Pontivy installation3 Kennere Pontivy installation14 Kennere Pontivy installation16 Kennere Pontivy installation11
Enregistrement de terrain: Mélanie Gourdon, Tristan Cailler
Traduction : Mélanie Gourdon
Production: Cie Tam A Tam
Tout public à partir de 6 ans
Dans le cadre de l’exposition Sur les Ondes

sur les ondes Espace Kenere Pontivy 2019

Bienvenue à Rapa Nui!

Bienvenue à Rapa NuiSur cette île au large des côtes chiliennes, un sculpteur sur bois s’exprime dans sa langue polynésienne qui comporte relativement peu de consonnes. Dans la sphère publique l’espagnol domine mais la langue des insulaires reste le moyen de communication quotidien d’une grande partie de la population dans le domaine privé. Les Rapa Nui souhaitent préserver leur langue tout en la faisant évoluer avec la modernité. C’est avec fierté que cet homme témoigne.

Apprentissage interculturel

Au hasard d’une promenade dans Hanga Roa, seule et unique agglomération de l’île de Pâques, nous sommes attirés par les cris d’enfants dans une cour d’école. Des institutrices nous invitent à revenir le lendemain pour assister à la première heure de cours des enfants de 3 à 5 ans.
Après des jeux de construction et puzzles, les petits comptent en choeur jusqu’à 10, nomment les couleurs puis les voyelles… en espagnol, en anglais et enfin en rapanui, la langue insulaire avant de conclure par un chant. Ravis de partager leurs savoirs, ils s’amuseront à prononcer « au revoir » avec le sourire!

Hanga Roa près de l 'école

Plaza de armas, Santiago

Sur la place centrale, la place d’armes, le calme règne. Cette après-midi là, un homme alpague les passants afin de leur présenter ses dogmes religieux.
Le cœur de la ville est très arboré et fleuri ce qui lui confère un air de bourgade. Les nombreux parcs et rues piétonnes charment le visiteur de cette capitale pourtant dynamique.

Place d'armes Santiago

Will s’exprime en Quechua

Will, le mari de Eli qui témoigne en espagnol, s’exprime lui en Quechua.
Il a travaillé dans les mines d’argent et en garde un souvenir ému: le travail y était dur même si les conditions se sont nettement améliorées depuis quelques décennies.

Will Quechua