Tro khmer et khim du cambodge

Quelques jours à Battambang pour découvrir les activités de Phare Ponleu Selpak « La lumière de l’art »

« Le but de PPS est d’améliorer le développement des communautés locales en offrant, d’une part un programme d’éducation et d’autre part en proposant la pratique d’une activité artistique (musique, peinture, théâtre, ou cirque) »

Nous rencontrons des musiciens qui répètent dans la cour où se mêlent circassiens, écoliers, apprentis comédiens… extraits:

Vielle à deux cordes, le Tro khmer est un instrument souvent joué en groupe à l’occasion de cérémonies dans les provinces de Siam Rep et Battambang.

Cambodia Tro Khmer Battamband

 

Cambodia Khim Battambang

Le Khim est un instrument à cordes frappées tendues sur une caisse trapézoïdale . le Khim se joue principalement en Thaïlande et au Cambodge.

 

 

 

 

 

 

 

Merci à l’équipe de Phare Ponleu Selpak, ( merci Valentin ! ) pour leur accueil, le beau spectacle de cirque  » Chills » et surtout pour l’énergie déployée à faire vivre la culture khmère et permettre l’accès à l’éducation et la possibilité aux jeunes cambodgiens de s’exprimer !

Suivez Phare Ponleu Selpak sur Facebook

 

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

What about Albania : Zana

Zana travaille depuis plus de 30 ans aux archives de la télévision et radio albanaise nationale de Tirana. Elle nous présente avec fierté les centaines de bandes magnétiques et en choisit une en particulier, un chant polyphonique du sud du pays, dans la région de Vlore.
C est la fin d un monde auquel nous assistons…d ici quelques jours les sons seront digitalisés.

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook

Combat de Coqs, Bali

CombatCoqsBaliIndonesie72dpiL’ambiance survoltée de l’arène semble se moquer de la torpeur tropicale. Deux coqs excités par leur manipulateurs -pengangkeb- s’apprêtent à combattre jusqu’à la mort.   Les hommes encerclent les volatilles, les parient vont bon train et les cris répétitifs semblent vouloir encourager leur champion. Munis d’un cros en acier tranchant comme un rasoir -le tadji-, les coqs sont lâchés, le combat est bref, un coup pour toucher, un deuxième pour tuer. L’animal vaincu s’étend sur le sol et le vainqueur est saisi et retourner la tête plaquée encore haletant de ce combat.

Sourires d’un côté, déception de l’autre, l’argent s’échange et les coqs enfermés dans leurs sacs de jute attendent leur tour. Ces combats ne serait-ce qu’un moyen pour permettre aux hommes d’assouvir leur désir de mort et d’argent? Faut-il voir un sacrifice sanglant offert aux démons ou serait-ce un moyen de resouder les communautés et affirmer son prestige et sa virilité. Depuis 2005, les combats de coqs sont extrêment encadrés ce qui n’empêche pas de trouver de nombreux combats clandestins.

ShareTweet about this on TwitterShare on Facebook